Video Rail Industry Meetings 2012

toute l'actualité ferroviaire

Nous contacter

Ferroviaire : les industriels français et allemands veulent fermer le marché européen aux Japonais
Ferroviaire : les industriels français et allemands veulent fermer le marché européen aux Japonais

© Hitachi

15/03/2012

Après le succès d’Hitachi Rail en Grande-Bretagne avec le contrat Agility Trains (530 voitures pour une valeur de 4,5 milliards de livres sterling), Hitachi s’apprête à se présenter sur un grand appel d’offres de la Deutsche Bahn concernant 60 rames de trains de banlieue destinées au S Bahn de Hambourg. Alors que le marché japonais est fermé, la situation alarme la VdB et la FIF, les fédérations allemande et française d’industriels du ferroviaire.

Après le succès d’Hitachi Rail en Grande-Bretagne avec le contrat Agility Trains (530 voitures pour une valeur de 4,5 milliards de livres sterling), Hitachi s’apprête à se présenter sur un grand appel d’offres de la Deutsche Bahn concernant 60 rames de trains de banlieue destinées au S Bahn de Hambourg. Alors que le marché japonais est fermé, la situation alarme la VdB et la FIF, les fédérations allemande et française d’industriels du ferroviaire.
La VdB et la FIF demandent, dans un communiqué commun du 15 mars, que les entreprises japonaises ne puissent plus « soumissionner aux appels d’offres lancés par des entités publiques européennes relevant du secteur ferroviaire ou du transport urbain. » Les entités concernées peuvent s’appuyer, précisent les deux fédérations, « sur l’article 58 de la directive 2004/17/EC pour exclure les offres japonaises ».
Déjà, dans une déclaration du 12 juillet 2010, la VdB et la FIF avaient appelé à la mise en œuvre du principe de réciprocité sur l’ouverture des marchés publics dans le domaine des matériels de transport ferroviaire. Pourtant, à ce jour, déplorent-elles, le Japon « refuse toujours de modifier sa position et son marché reste fermé aux produits ferroviaires européens ».
La VdB et la FIF demandent que « l’Etat allemand et l’Etat français, ainsi que leurs entités publiques adjudicatrices nationales du secteur, veillent de façon drastique à ce que l’argent public des contribuables ne contribue pas à favoriser de tels déséquilibres concurrentiels potentiellement destructeurs d’emplois dans l’industrie ferroviaire européenne ».
La VdB et la FIF réitèrent leur soutien à la Commission européenne et à l’Unife dans le cadre des négociations engagées avec le Japon sur le ferroviaire. La levée des barrières non tarifaires, notamment la clause de sécurité opérationnelle, régulièrement appliquée par les Japan Railways pour exclure les produits européens, doit « rester un préalable au lancement de négociations d’un accord de libre-échange ».
La VdB et le FIF appellent l’Union européenne à « se doter d’un instrument législatif, efficace, uniforme et suffisamment persuasif, afin d’établir une véritable réciprocité dans l’accès aux marchés publics des pays tiers ».

Authors:

En savoir + http://feedproxy.google.com/~r/villerailtransports/~3/HZvSSNsT1ak/17154-ferroviaire-les-industriels-fran%C3%A7ais-et-allemands-veulent-fermer-le-march%C3%A9-europ%C3%A9en-au

 

Supports industriels 2013

AlstomBombardierSiemensAIFRéseau ferré de FranceSNCF